LE RECAP #4 – Retour sur la saga La Momie

À l’occasion de la sortie de La Momie, nous vous proposons un nouveau RECAP sur cette saga à succès et grand public !

L’aventure a débuté en 1932 et continue à faire le bonheur du studio Universal. Jouant sur la peur puis sur le code de l’humour, la saga cinématographique a eu de nombreuses suites, remake et spin-off avant de s’offrir une nouvelle jeunesse avec le prochain long-métrage mettant en scène Tom Cruise.

 

La Momie

La Momie

« Le succès commercial est au rendez-vous, créant une nouvelle franchise lucrative pour Universal. »

 

En effet, c’est en 1932 que l’aventure commence. Dracula et Frankenstein ayant amassé des millions dollars au box-office, Universal Studio a décidé de mettre en place un nouveau monstre. La Momie débarquera donc sur les écrans sous la direction de Karl Freund  et avec dans le rôle-titre, Boris Karloff. Immortalisé par le rôle de la créature de Frankenstein, l’acteur se glisse dans la peau d’Imhotep et subit une nouvelle fois une transformation physique via le maquillage de Jack P. Pierce.

Synopsis : Dans l’Egypte ancienne, le grand prêtre Imhotep a été enseveli vivant pour avoir volé un manuscrit qui devait ressusciter sa belle. Découvert sous forme de momie par un archéologue, rendu à la vie, il monte une expédition pour retrouver la tombe de sa bien-aimée. Mais celle-ci s’est réincarnée en jeune femme moderne, et il lui faut la conquérir.

Le succès commercial est au rendez-vous, créant une nouvelle franchise lucrative pour Universal. Cependant, le personnage est tourné au ridicule au fil des années et la saga s’épuise. Il faudra donc attendre 1999, pour assister au revival de la Momie.

 

La Momie

La Momie (1999)

« l’angle d’attaque met au placard les histoires classiques de la légende »

 

Très loin du film d’origine, Universal a décidé de relancer la machine en 1999 avec un premier film intitulé simplement La Momie, très proche d’un Indiana Jones spécialisé dans l’Egyptologie.

La Momie sortie en 1999 est un film original, dont l’angle d’attaque met au placard les histoires classiques de la légende. Voici le spitch : Après avoir défié le Pharaon en lui volant sa maitresse, Imhotep est momifié vivant et enfermé dans une crypte secrète d’Hamunaptra, la cité des morts. Le grand prêtre jure de se venger du genre humain. En 1923, un aventurier américain, Rick O’Connell, découvre les ruines de la cité. Il met dans le secret une jeune égyptologue et son frère et tous trois partent à la recherche du trésor des pharaons. Malheureusement, leur curiosité les mène à une rencontre qui ne s’attendait pas…

Fort d’un scénario atypique, cette nouvelle version est également menée par un trio gagnant Brendan Fraser, Rachel Weisz et John Hannah. Premier grand rôle pour Brendan Fraser, son charisme et humour crève l’écran. Lorsque l’on parle de la Momie, le nom d’O’Connell résonne comme une évidence. La sensualité et la beauté étant amenées par Rachel Weisz, aussi aventurière que savante.

Dix-huit ans après, les effets spéciaux ne vieillissent pas. Le long métrage est un étrange mélange des genres. Le tout fonctionne entre aventure et fantastique, édulcoré par l’humour. N’oublions pas l’action et les nombreuses découvertes qui font avancer le film.

Avec un budget moyen de 76 millions de dollars et une recette de 415 747 825 $, autant vous dire qu’Universal a très rapidement remis le pied à l’étrier deux ans après.

 

Le Retour de la Momie (2001)

Le Retour de la Momie (2001)

« Les effets spéciaux et les scènes de bataille font indéniablement le succès du film. »

 

Deux ans après le premier film, la production relance donc la machine en respectant la recette d’origine : casting, effets spéciaux et scénario antique qui nous plonge toujours dans l’univers passionnant de l’égyptologie.

Le Retour de la Momie  revient 10 ans après la première rencontre entre la Momie, Rick O’Connell et sa femme Evelyn. La vie suivie son cours et l’amour du duo d’aventurier a donné son fruit avec la naissance d’un Indiana Jones junior, Alex. Une nouvelle catastrophe se prépare dans les profondeurs du désert saharien. Six mille ans avant notre ère, le roi Scorpion, fit un pacte avec le dieu Anubis, qu’il trahit. Damné pour l’éternité, il est sur le point de sortir des limbes et de lever l’armée d’Anubis pour dévaster la planète. Une secte menée par Lock Nah et Meela, ramènent à la vie la seule créature capable de faire face au roi Scorpion : le grand prêtre Imhotep, condamné depuis trois mille ans à errer comme un mort-vivant pour avoir séduit la favorite du Pharaon. Sa momie est entreposée dans une salle secrète du British Museum.

Avec un budget de 98 millions de dollars, le Retour de la Momie a correctement fonctionné avec une recette de 624 860 275 $. Les spectateurs curieux ont été au rendez-vous et pour la majorité, ont été séduit. Les effets spéciaux et les scènes de bataille font indéniablement le succès du film. Ajoutez à cela le même casting et l’humour, et vous avez la marque de fabrique parfaite de La Momie.

 

La Momie : La Tombe de l’Empereur Dragon (2008)

La Momie : La Tombe de l’Empereur Dragon (2008)

« probablement le film de trop »

 

Là c’est la douche froide. Même pire que ça. Fini l’Egypte antique, La Momie n’est d’autre qu’un Empereur chinois.

La production avait plus qu’a misé sur cet ultime volet, mais le succès n’a pas été au rendez-vous. Mais pourquoi se lancer là-dedans? Pourquoi clôturer la trilogie par une Momie asiatique ?

Il n’y a que le titre et la famille O’Connell en lien avec les premiers films. Comme quoi, le citron était déjà pressé à la fin du Retour de la Momie.

Rick O’Connell et les siens ont dû livrer un combat contre l’Empereur Dragon. Des catacombes de la Chine antique au sommet de l’Himalaya, l’explorateur intrépide, son jeune fils Alex, sa femme Evelyn et son beau-frère Jonathan affronteront la Momie ressuscitée du plus cruel conquérant de Chine. Victimes d’une sorcière maléfique, l’Empereur Dragon et ses 5000 soldats ont été relégués pour l’éternité dans les limbes. L’immense armée de terre cuite reposera ainsi durant 2000 ans, oubliée de tous, jusqu’à ce qu’Alex commette l’erreur de réveiller son chef. Pour éviter une vague de méfaits, Rick devra appeler à la rescousse les seules personnes plus habiles que lui à combattre les morts-vivants : sa propre famille…

Fier de lancer un troisième film, Universal n’avait pas fait les choses à moitié puisqu’elle avait insufflé plus de 197 millions de dollars de budget. Malheureusement, la foule ne s’est pas amassée devant les cinémas puisque la Momie 3 a fait guère mieux que le premier film. Avec un budget multiplié par trois et une recette désastreuse soit 433 443 723 $, il ne fallait surtout pas recommencer. La chute est due au marché américain qui a assassiné le film. Heureusement que l’Europe a été au minima curieuse. Toutefois, un quatrième film était prévu mais ne verra jamais le jour au profit du prochain reboot qui sortira ce mois-ci.

Maintenant à notre humble avis, c’est probablement le film de trop. Même si le scénario reste intéressant, Universal n’aurait pas dû utiliser le même titre et le même casting. Il fallait imaginer une nouvelle trilogie.

Découvrez la CAVERNE DES FILMS dédiée au film LA MOMIE de 1932 !

3 commentaires

  1. Jean Sauvin

    Bonjour,
    Je ne suis pas sur que le nom de la catégorie Le Prologue soit correcte, si on regarde la définition dans le dictionnaire Larousse pour ce mot

    « – Avant-propos, bref avertissement dont on fait précéder un ouvrage.
    – Ce qui prépare, annonce quelque chose ; prélude, préliminaire.
    – Scène lyrique, souvent allégorique, située au début d’un ouvrage dramatique. (Dans la tragédie lyrique française des XVII et XVIIIe s., il constitue un hommage au roi.)
    – Dans l’Antiquité, partie de la pièce qui précédait l’entrée du chœur et qui était consacrée à l’exposition du sujet.
    – Petite pièce qui précède et introduit la pièce proprement dite.
    – Partie d’un ouvrage dramatique où sont exposés des événements antérieurs à ceux qui se déroulent dans la pièce proprement dite.
    – Brève épreuve précédant le départ réel d’une compétition importante (cyclisme, rallye automobile). »

    Alors que votre article, fait une synthèse d’une saga, d’un ensemble de film, le synomyne de Prologue est Avant-propos.
    La Synthèse parait plus juste.

    • Jaz
      Author

      Bonjour et merci pour ce gentil cours. Nous avons appris beaucoup de choses en très peu temps. Malheureusement, pas la peine de concentrer autant d’énergie, nous allons tout vous expliquer.
      En effet, nous avons des raisons particulières de l’avoir appelé comme cela. C’est une référence aux comics Marvel. Lorsqu’ils sortent un film, ils résument les événements précédents dans un comics et ils l’appellent Le Prologue. C’est ce que nous faisons, on résume, on synthétise pour ne pas déborder sur une autre catégorie qu’est La Caverne. Et on raconte les événements précédents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *