NANAR CONNECTION #8 : POWER RANGERS LE FILM

Power Rangers : Le Film

Power Rangers : Le Film



 

 

POWER RANGERS : LE FILM – Zordon, on a réalisé un nanar !

 

Souvenir d’enfance

 

Suite au succès fulgurant des deux premières saisons de Power Rangers, Haïm Saban, le créateur de la série a eu une idée ingénieuse… Faire un film.

C’est en 1995 que sortit Power Rangers : Le Film.

Je me souviens encore de cette époque. Nous attendions tous de voir ce film dans la cour de récréation. Je voyais quelques images dans les magazines spécialisés, quelques extraits diffusés dans le Club Dorothée ou encore dans l’émission Ciné Six. Toutefois, n’ayant eu pas beaucoup de news, j’allais vers l’inconnu.

Une première chose m’avait interloqué à l’époque, le casting.

En effet, ayant presque six mois de différence avec la diffusion américaine, nous ne savions pas que le show avait eu recours à des changements. Trois des comédiens du casting original étaient partis au cours de la saison 2. Ce qui avait provoqué une modification non-négligeable.

De ce fait, nous avions de nouveaux rangers rouge, noir et jaune ainsi qu‘un ranger blanc.

Effectivement, l’arrivée de ce dernier n’avait pas été encore dévoilée en France.

Je me souviens avoir beaucoup aimé le long-métrage. Il y avait des effets spéciaux, des costumes différents de la série. Le spandex ou bien le velours avaient été abandonnés pour des plastrons de combat en cuir.

Tout avait été mis en place pour que le marketing fonctionne très bien. De nouveaux Zords, un nouveau méchant ainsi qu’une nouvelle génération de rangers, les Ninjas Rangers.

Saban s’engageait dans quelque chose d’assez risquer. Le long-métrage a coûté 30 millions $, de ce fait, il était considéré comme un blockbuster.

Bonne nouvelle pour le producteur, puisque le film a été rentable en rapportant sur le territoire américain un peu plus de 65 millions $.

Un méchant… Comique ?

 

En le revoyant quelques années plus tard, on se rend compte que le long-métrage est un bon gros nanar.

Tout d’abord, ce qui se déroule dans la série ne fonctionne pas forcément dans le film.

En effet, les héros portent leur couleur de ranger tous les jours. Ce qui est totalement ridicule. Tout le monde peut se rendre compte que ce sont eux les Power Rangers.

Ensuite, le méchant principal du long-métrage qui s’appelle Yvan Ooze, élabore un plan machiavélique pour conquérir la terre. Pour ceci, il donne aux enfants un produit, s’intitulant « La Ooze » leur permettant de contrôler les parents.

Honnêtement, lorsque l’on voit un magicien au physique douteux qui vous propose un produit illicite, on ne va pas forcément lui faire confiance.

 

Sans oublier que ce grand méchant a un pouvoir extraordinaire. En crachant un gros mollard, il peut faire naître une troupe de corbeaux sachant parler et surtout possédant une fermeture éclair dans le dos.

 

 

Cela dit dans l’histoire, Yvan est un grand maléfique magicien qui essayera de tuer Zordon, en détruisant la base de contrôle et en dépossédant les rangers de leurs pouvoirs.

Incohérence avec la série

Afin de sauver leur mentor, les six adolescents vont se rendre sur une planète un peu particulière, mais comportant de l’oxygène et de l’eau… C’est déjà ça.

Ils vont passer les trois-quarts du long-métrage à trouver le grand pouvoir et feront la rencontre de la charmante Dulcéa, une des amies de Zordon.

Grâce à cette connaissance, ils vont avoir un nouveau pouvoir appelé Ninjetti, mais leur quête n’est pas terminée car ils veulent le grand pouvoir.

Toutefois, le film ne peut pas faire partie de la chronologie de la série, puisque dans cette dernière nos héros récupèrent ces fameux pouvoirs via Ninjor, le pseudo remplaçant de Zordon dans la saison 3. Ce personnage est, en effet, emprunté au sentai Kakuranger.

De ce fait, le spectateur était un peu perdu et Haïm Saban sait qu’il ne reproduira pas la même erreur par la suite.

Une fois le grand pouvoir récupéré, les rangers reviennent sur terre pour donner une bonne correction à Yvan, à coup d’effets spéciaux WTF.

Ce genre de CGI était une habitude à l’époque. Je me souviens avoir adoré, cependant, maintenant, c’est carrément honteux.

Une bande-originale exceptionnelle

 

En effet, le gros point positif de Power Rangers reste sa bande-originale. De nombreux artistes tels que Van Halen ou encore les Red Hot se sont associés à Graham Revell pour faire de cette B.O, une petite bombe.

D’ailleurs, le thème principal est vraiment pas mal, sera repris dans le reboot.

 

Conclusion

 

Pour finir, tout est bien qui finit bien. Les Power Rangers se débarrassent d’Yvan grâce à un coup de genoux placé dans les parties intimes. Les décors australiens sont réparés, c’est la fête à Angel Groove. Et enfin, Zordon est sauvé alors qu’il était mort. La reconstruction de la base de contrôle est assez comique. C’est la scène de la destruction rembobinée.

Power Rangers Le Film est un nanar sympathique, meilleur que la suite qui sortira deux ans plus tard. C’est un énorme souvenir qui restera graver dans ma mémoire. Cela dit, quand on le revoit, c’est une petite catastrophe. Toutefois, ça aurait pu être bien pire, car, suite à des gros problèmes de production, le long-métrage avait été recommencé presque depuis le début.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *