SHARKNADO 5 : GLOBAL SWARMING – La Critique

SHARKNADO 5 : GLOBAL SWARMING… On ne sait pas trop quoi en penser !

 

Sharknado 5 - Ian Ziering se la joue Indiana Jones

Sharknado 5 – Ian Ziering se la joue Indiana Jones

 

Sharknado 5 – Nanar assumé ou nullité

 

Il n’y a pas très longtemps, lors de la présentation du teaser de Sharknado 5, dans un article des Inrocks ou autres, le rédacteur parlé de nanar. Dès lors, un troller avait fait tout un cour sur la signification du mot. Il avait fait partager sa science et avait tout bonnement dit, que l’on ne pouvait pas ranger cette saga dans cette catégorie.

Alors, je suis assez partagé par ce coup gueule libératoire qu’a eu cette personne. Personnellement, il n’y a que le troisième opus qui ne peut pas être considéré comme un nanar. En effet, c’était une véritable parodie, qui assumait ce côté petit budget. Il jouait avec les codes. Et, j’avoue, que j’avais pris plaisir à le regarder.

Cependant, le premier et le second sont de véritables nanars et les deux derniers sont des nullités se plaçant entre la parodie de mauvais goût et le nanar extrême.

Le cinquième film n’est même plus drôle. C’est un enchaînement de scènes incompréhensibles, avec des caméos tous plus pathétiques les uns que les autres et bien évidemment, le long-métrage s’essouffle au cours des premières minutes.

La photo parle d'elle-même

La photo parle d’elle-même

Concernant, l’histoire, Jill et Finn partent à la recherche de leur fils qui a été enlevé par un Sharknado. Le bougre passe son temps à tourner dans la tornade sans se faire tuer, car il est protégé par un casque de vélo.

Par conséquent, nos héros vont visiter le monde et vont devoir affronter toute sorte de requins.

Même le principe de base est complètement raté. C’est carrément le héros qui provoque la tornade dans une scène plagiée d’Indiana Jones.

Le film se termine avec un cliffhanger, certes, plutôt sympathique, mais qui nous amène vers un Sharknado 6, l’été prochain.

Concernant les comédiens, comme à son habitude, Ian Ziering en fait des caisses, la VF en rajoute d’ailleurs, et Tara Reid ne ressemble plus à rien. 

Tara Reid et Ian Ziering prêts pour le tour du monde en 80 jours

Tara Reid et Ian Ziering prêts pour le tour du monde en 80 jours

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *